Actualité du monde de l’éducation du 13 au 19 juin 2019

Le bulletin de veille est une sélection d’articles, hebdomadaire (hors vacances scolaires), réalisée par le documentaliste de l’ISFEC AFAREC IdF sur l’actualité du monde de l’éducation.

Sommaire

PARU AU JOURNAL OFFICIEL (JO), AU BULLETIN OFFICIEL (BO)

Décret publié dans le Journal Officiel n°0138 du 16 juin 2019 – modifiant divers décrets portant statuts particuliers des personnels enseignants et d’éducation du ministère chargé de l’éducation nationale

Décret n°2019-595 du 14 juin 2019 modifiant divers décrets portant statuts particuliers des personnels enseignants et d’éducation du ministère chargé de l’éducation nationale

Décret publié dans le Journal Officiel n°0138 du 16 juin 2019 – modifiant le décret n° 2017-789 du 5 mai 2017 fixant l’échelonnement indiciaire de certains personnels enseignants, d’éducation et psychologues relevant du ministre chargé de l’éducation nationale

Décret n° 2019-596 du 14 juin 2019 modifiant le décret n° 2017-789 du 5 mai 2017 fixant l’échelonnement indiciaire de certains personnels enseignants, d’éducation et psychologues relevant du ministre chargé de l’éducation nationale

« Réformes » [Circulaire parue dans le Journal Officiel n°0135 du 13 juin 2019 « Réforme de l’État : Jeunesse et Sports localement rattachés à l’Éducation nationale, c’est acté ! »]

« […] Réforme de l’État : Jeunesse et Sports localement rattachés à l’Éducation nationale, c’est acté ! Par Roselyne Van Eecke

« Selon une circulaire du 12 juin 2019 [paru dans le JORF n°0135 du 13 juin 2019], les branches Jeunesse et Sports des DDCS et DDCSPP vont rejoindre prochainement les services départementaux et régionaux de l’Éducation nationale. » […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 14 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

Circulaire publiée dans le Bulletin Officiel n°24 du 13 juin 2019 – Pensions – Gestion rénovée des pensions de retraite

Circulaire n° 2019-083 du 11-6-2019- NOR MENF1909951C

 Arrêté publié dans le Bulletin Officiel n°24 du 13 juin 2019 – Baccalauréat professionnel et certificat d’aptitude professionnelle – Application des nouvelles organisations d’enseignements dispensés dans les formations sous statut scolaire

Arrêté du 19-4-2019 – J.O. du 21-5-2019- NOR MENE1911952A

ARTICLES (1er et 2nd degré)

« Remise du prix « Non au harcèlement » 2019 : découvrez les lauréats »

« Créé en 2013, le prix « Non au harcèlement ! » distingue les outils de sensibilisation contre le harcèlement travaillés et réalisés par les élèves et les personnels des établissements scolaires dans le cadre de projets pédagogiques. Plus de 40 000 élèves et 1 900 membres du personnel scolaire se sont mobilisés pour cette 6ème édition. »

In la lettre de l’éducation.gouv.fr, juin 2019 [Dernière consultation le 19 juin 2019]

« Du vrac, rien que du vrac » [« Enseignement : « Il faut en finir avec la division entre formations intellectuelles et manuelles » »]

« […] Enseignement : « Il faut en finir avec la division entre formations intellectuelles et manuelles »

“Olivier Marchal est directeur de la cité des métiers de Charleroi. Autant dire que sur la formation et l’orientation, il en connaît un rayon. Et pour lui, il faut en finir d’urgence avec le clivage entre enseignement général et qualifiant. Mais aussi en finir avec l’organisation par années scolaires.

L’enjeu ? Moins de « gâchis » économique, sociétal, et dans les trajectoires personnelles. Et plus d’innovation et de compétitivité de la main-d’œuvre.” Peut-être pas seulement en Belgique… […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 16 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

« Du vrac, rien que du vrac » [« Les 7 véritables privilèges du prof »]

« […] Les 7 véritables privilèges du prof par Lucien Marboeuf sur site L’instit d’humeurs

“Les profs ? Des privilégiés, tout le monde le dira. C’est vrai, je suis le premier à reconnaitre que je suis un privilégié. Tout dépend de ce qu’on entend par « privilège »… Oubliez les clichés, voici sept vrais privilèges de prof que je regretterais beaucoup si j’arrêtais d’enseigner, sept avantages qui font la valeur de mon métier malgré ses difficultés (laissons-les de côté, pour une fois).” […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 16 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

« Réformite » [« Réformer l’éducation a-t-il encore un sens ? »]

«  […] Réformer l’éducation a-t-il encore un sens ?

“La question peut surprendre au pays de la réformite aigüe, alors que s’enchainent à un rythme endiablé les réformes du collège, de l’école primaire, du lycée, du bac et maintenant de la maternelle, mobilisant contre elles enseignants et parents. Elle est pourtant revenue avec insistance le 12 juin lors de la conférence internationale organisée par la Revue internationale d’éducation de Sèvres sur les conditions de réussite des réformes. Le thème de la réforme en éducation a été interrogé par des politiques, à commencer par JM Blanquer, et par des experts, dont JM de Ketele, A Novoa, et X Pons. De cette mise en perspective internationale, le cas français de la réforme propulsée par en haut ressort isolé et désuet.” […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 13 juin 2019 réalisée par Géraldine Duboz

« Philippe Meirieu : Bonheurs d’apprendre et d’enseigner »

« Chacun connait ce que Philippe Meirieu  a apporté et continue d’apporter à la réflexion sur l’Ecole, sur l’éducation, sur les pédagogies, sur la relation. Il était temps que la rubrique Education et Bonheur du Café Pédagogique l’interroge sur les bonheurs d’apprendre et d’enseigner. […] »

Propos recueillis par Béatrice Mabilon-Bonfils parus dans l’expresso du 13 juin 2019

« Blanquer » [Communiqué de presse : « Pour une rentrée pleinement inclusive en 2019 »]

« […] Pour une rentrée pleinement inclusive en 2019 Communiqué de presse – Jean-Michel Blanquer – 11/06/2019

“Afin de garantir la scolarisation de tous les enfants en situation de handicap, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, et Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées, lancent le grand service public de l’école inclusive ce mardi 11 juin 2019.

Sa mise en place s’inscrit dans le prolongement de la grande concertation : « Ensemble pour l’École inclusive », qui s’est déroulée d’octobre à février  2019. Opérationnel dès la rentrée 2019, ce projet trouvera sa pleine réalisation en 2022.” […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 12 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

« Débats » [« Gérald Bronner : « L’esprit critique peut s’enseigner et s’apprendre en tant que tel » »]

«  […] Gérald Bronner : « L’esprit critique peut s’enseigner et s’apprendre en tant que tel » Propos recueillis par Marine Miller

“Dans un entretien au « Monde », le sociologue estime que l’esprit critique devrait être enseigné à l’école et à l’université, notamment pour empêcher « les épidémies de crédulité sur le Web ».

A l’occasion des « Orsu Talks » de l’Association de la fondation étudiante pour la ville (AFEV), qui se tiennent mercredi 12 juin dans l’amphithéâtre du Monde sur le thème « Soft skills, clés de la réussite étudiante ? », le sociologue Gérald Bronner, professeur à l’université Paris-Diderot et membre de l’Académie des technologies et de l’Académie nationale de médecine, évoque l’une des soft skills les plus utiles à ses yeux : l’esprit critique.

Ses travaux portent notamment sur la sociologie des croyances collectives. Il est l’auteur de Déchéance de rationalité (Grasset 2019) et de La Dé­mocratie des crédules (PUF, 2013).” […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 12 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

« Débats » [Claude Lelièvre : « Attention à « l’exacerbation » des conflits enseignants-parents ! »]

«  […] Attention à « l’exacerbation » des conflits enseignants-parents ! Par Claude Lelièvre sur son Blog : Histoire et politiques scolaires

“C’est ce qui est mis en avant actuellement par un certain nombre d’enseignants. Mais c’est loin d’aller de soi. Et cela peut s’avérer dangereux politiquement en divisant des forces qui auraient sans doute mieux à faire en s’unissant contre nombre d’aspects de la politique scolaire menée actuellement.” […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 12 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

« Jeux Olympiques : focus sur le label « Génération 2024 » »

« Thierry Terret est délégué ministériel aux Jeux olympiques et paralympiques. Il nous présente le label « Génération 2024 » qui vise à renforcer les liens entre monde scolaire et mouvement sportif. […] »

Article de Fériel Boudjelalparu le 12 juin 2019 sur le site vousnousils : l’e-mag de l’éducation

ÉDUCATION ET NUMERIQUE (1er et 2nd degré)

« Ressources » [« Créations, opportunités et développements du numérique éducatif »]

« […] Créations, opportunités et développements du numérique éducatif Edito Écrit par Laurissergues Michelle sur Educavox

“En fin d’année scolaire, c’est l’heure des bilans, des résultats de concours, c’est l’heure des fêtes, des spectacles…C’est aussi le moment de s’interroger encore sur les actions et projets à défendre et à poursuivre, sur le numérique éducatif, sur les évolutions technologiques qui changent nos repères et nous entrainent parfois dans un rythme frénétique. Il est bon parfois, de se rencontrer pour trouver des repères, mieux intégrer le numérique avec toutes ses facettes pour en tirer le meilleur et essayer d’éviter le pire. Mieux éduquer sans doute, mieux former aussi afin de faire comprendre l’importance de l’éthique. Ces dernières réflexions là, c’était à Bordeaux, le Forum Educavox.” […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 18 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

« Bruno Devauchelle : Un cadre de référence pour le numérique ? »

« On peut s’interroger sur l’absence d’orientations claires dans le domaine du numérique en éducation depuis quelques années. Même si la place donnée au code, dès l’école primaire ainsi que la mise en place d’un enseignement en classe de seconde et la création d’une filière de formation informatique en première et terminale semblent indiquer que certains choix ont été faits.

Même si un plan numérique d’équipement massif avait été mis en place à partir de 2015, puis abandonné. L’impulsion déclarée en 2013 par le ministre de l’époque se voulait une stratégie semblait marquer enfin une volonté d’aller de l’avant et de donner un cap. Malheureusement, et comme on le constate depuis longtemps on ressent un manque. D’ailleurs de nombreux acteurs à tous les niveaux du système en témoignent.

Quelle vision partagée du numérique pour l’éducation sous-tend l’ensemble des actions, programmes et autres déclarations ?

Les deux rapports publiés en 2018, rapport Morin-Desailly en juin 2018, rapport Studer en septembre 2018, semblent indiquer la nécessité d’avancer vers une action globale et donc vers la définition d’une stratégie. Les analyses proposées dans ces deux documents sont intéressantes et un peu différentes. Cependant aucun des deux rapports ne peut constituer, l’un ou l’autre, l’un et l’autre, une armature pour un projet politique de fond. Car au-delà de l’éducation, c’est de la société en devenir dont il est question. C’est ce qui distingue largement notre pays de ce que le Québec tente de mettre en place. […] »

Chronique de Bruno Devauchelle parue dans l’expresso du 14 juin 2019

« Ressources » [Quelques bonnes pratiques pour l’« usage des réseaux sociaux par les enseignants » à titre privé]

« […] Usage des réseaux sociaux par les enseignants

“Interview de Me Marie Duponchelle, avocate-conseil de l’Autonome de Solidarité Laïque de l’Oise (60)” […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 12 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

1er DEGRE

Primaire : « Maths : Les angles en cycle 3 »

« « Pour démarrer tranquillement mais sûrement, j’ai préparé 2 ateliers de manipulation. Les 2 étant faisable sur une heure…

Je vous reprécise que ces ateliers ne sont pas un passage obligatoire. Si un élève est au point sur les angles, il peut ne pas les faire du tout ou en faire une seule partie. Je tâche de les rendre à l’écoute de leur compétence ». Sur le site « un deplus« , une nouvelle méthode pour aborder les maths par manipulation. »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 19 juin 2019

« Quelles pratiques pour les activités périscolaires ? » au Québec

« Les activités périscolaires peuvent être positive si certaines conditions sont réunies, estime le Réseau québécois d’information pour la réussite éducative [RIRE]. Il les mentionne dans un Guide publié avec des universitaires.  »

Les jeunes doivent pouvoir participer librement à ces activités, régulièrement et suffisamment longtemps. Les établissements scolaires doivent adopter une vision et des pratiques inclusives. Cette approche doit se refléter dans la gestion de l’offre, ainsi que dans la promotion et les règles entourant les activités proposées (ex. : critères de sélection, coûts). Offrir du soutien aux personnes responsables d’animer ces activités s’avère aussi crucial ». Alors que les activités périscolaires sont en régression, J Netter montre, dans L’école fragmentée [ouvrage que nous avons au centre de documentation], que faute de cohérence entre le scolaire et le  périscolaire, seuls les enfants des milieux favorisés peuvent en tirer bénéfice. »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 18 juin 2019

« Du vrac, rien que du vrac » [Paul Devin : « Apprentissage de la lecture : jusqu’où peut aller l’injonction pédagogique ? »]

« Apprentissage de la lecture : jusqu’où peut aller l’injonction pédagogique ? Par Paul DEVIN

“Ce dont les enseignants ont besoin pour mieux parvenir à démocratiser les compétences de lecture ne peut s’inscrire dans des allers et retours de consignes, variant au gré des alternances politiques et idéologiques. Apprendre à lire est un travail complexe qui ne peut en aucun cas se confondre avec une prescription méthodologique.” […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 16 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

2nd DEGRE

Nouveaux programmes du lycée : « Maths : Des progressions […] »

« Les académies de Rouen et de Toulouse proposent des progressions pour les nouveaux programmes de maths du lycée. »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 18 juin 2019

SVT : « Lucie Pelrat : La géologie de terrain en géoparcours » au collège

« Comment travailler sur la géologie régionale au collège ?

Lucie Pelrat, enseignante de SVT au collège d’Istrie de Prayssac dans le Lot mène un vaste projet avec le parc naturel régional des Causses du Quercy.

Le modèle karstique et les différents calcaires sont étudiés par ses élèves de 5ème  En appelant un géologue pour évoquer la profession et une artiste photographe pour ajouter une dimension artistique au projet, l’enseignante programme le géoparcours sur plusieurs mois.

« La géologie se vit sur le terrain car c’est là que les élèves sont le plus sensibles et qu’elle a toute sa dimension », souligne Lucie Pelrat. »

Entretien par Julien Cabioch paru dans l’expresso du 18 juin 2019

« Physique : Cartes microcontrôleurs et programmation »

« Le site [Physique-Chimie] de [l’académie de] Poitiers publie les documents des stages sur les cartes microcontrôleurs. Plusieurs activités sont proposées pour programmer en Python des cartes microbits et Arduino. »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 18 juin 2019

Nouveaux programmes du lycée : « S[ciences] N[umériques] T[echnologie] : Des ressources » en 2nde

« L’académie de Rouen met en ligne des ressources [sur le site Mathématiques] pour le nouveau programme de SNT en seconde.

« Cette rubrique a pour but de regrouper les documents de ces formations, répartis selon les sept thèmes du programme : Internet, le Web, les données structurées et leur traitement, les réseaux sociaux, localisation, cartographie et mobilité, informatique embarquée et objets connectés, la photographie numérique.

Pour chaque thème, un livret d’activités a été élaboré, destiné à des enseignants et donnant des pistes de réflexion ; les activités ne sont pas, pour autant, systématiquement fournies clé en main. « Les trois premiers thèmes sont traités. »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 17 juin 2019

Lettres : « Claire Tastet : Lire autrement au lycée »

« Comment aider les élèves à affronter les difficultés de lecture que leur posent certaines œuvres littéraires ? Quelles stratégies inventer pour que chacun.e, d’une façon ou d’une autre, parvienne à se les approprier ?

A Tours, au lycée Jacques de Vaucanson, Claire Tastet s’est confrontée concrètement au problème lors d’une séquence en seconde sur « Le Tartuffe » de Molière. Elle a constitué des groupes différenciés de lecteurs, adapté les consignes, favorisé l’appropriation de la pièce par la tenue d’un carnet de lecture, exploité l’horizon d’attente que crée l’auteur en demandant de produire une image de ce que sera Tartuffe lorsqu’il entrera en scène, orchestré des échanges sur ces créations…

Au final, le dispositif fortifie tout à la fois la compréhension et le plaisir de l’œuvre. Il favorise même l’entraide, et ce dans tous les sens : « un groupe de lecteurs en difficulté a suscité le jugement critique et interprétatif du groupe des lecteurs autonomes en proposant une interprétation subtile et inattendue »… […] »

Propos recueillis par Jean-Michel Le Baut parus dans l’expresso du 17 juin 2019

« Du vrac, rien que du vrac » [« Réforme du lycée : quels changements pour les classes prépas ? »]

« […] Réforme du lycée : quels changements pour les classes prépas ?

“La réforme du lycée va avoir des conséquences directes sur l’enseignement des classes préparatoires. De premiers éléments de réponse se dessinent autour des changements à venir en prépas scientifiques et économiques.” […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 16 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

« Géo[graphie] : Organiser un mapathon »

« « La cartographie participative est une pratique pédagogique innovante. Aux intérêts bien connus de la sortie de terrain géographique, elle ajoute des dimensions technique et citoyenne. Les élèves y sont initiés à des compétences professionnelles relevant de la topographie et de la géomatique (relevés de terrain, cartographie, notion de base de données…). Ils contribuent en outre directement à un bien commun qu’ils utilisent probablement déjà sans le savoir, ce qui peut constituer un facteur de motivation supplémentaire : l’exercice n’est plus seulement circonscrit au sein de la classe, leurs contributions sont directement répercutées à l’ensemble des utilisateurs d’OSM. Une sortie terrain de cartographie participative permet également d’amener les élèves à s’approprier et à se familiariser l’espace dans lequel ils travaillent, tout en mettant en pratique les compétences de lecture et de manipulation de cartes ».

Cette expérience de géographie participative, proposé par JF Perrat sur Géoconfluences, est conçue pour des étudiants du supérieur. Mais le concept est adaptable… »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 14 juin 2019

« Les critères d’accès aux classes préparatoires » avec la réforme du lycée

« Le ministère publie les attendus demandés pour accéder en [Classe préparatoire aux Grandes Ecoles] (CPGE).  Ainsi pour une CPGE commerciale il faudra avoir suivi les spécialités maths et HGGSP ou Humanités ou LLCE ou SES. »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 14 juin 2019

Nouveaux programmes du lycée : « Histoire-géo : Des séquences pour HGGSP »

« Les sites académiques publient des séquences pour la spécialité Histoire, géographie, géopolitique, sciences politiques (HGGSP).

Ainsi à Paris [sur le site académique Histoire-Géographie Enseignement moral et civique] une séquence sur la crise de la démocratie au Chili.

On trouvera à Besançon [sur le site académique Histoire-Géographie] une autre fiche sur ce thème ainsi qu’une séquence sur les modes de communication et une autre sur les frontières.

Limoges [sur le site académique Histoire-Géographie EMC] publie des séquences sur l’Afrique australe en mutation, le droit de la mer. »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 14 juin 2019

« Bac et brevet » [« Le bac est-il « donné » à tout le monde ? Ce que disent les chiffres » – « Le bac ? « Une formalité » pour beaucoup de lycéens, plus préoccupés par « l’après » »]

« Le bac est-il « donné » à tout le monde ? Ce que disent les chiffres

“Contrairement aux idées reçues, le bac n’est pas « donné à tout le monde ». En 2018, 40% des jeunes en âge de passer le diplôme étaient titulaires d’un bac général. Toutes séries confondues, ce chiffre monte à 80%.

En 2015 déjà, l’ancien ministre de l’Education nationale, Luc Ferry, affirmait que « pour ne pas avoir le bac, il faut en faire la demande ». Des propos qui font perdurer l’idée que, de nos jours, tous les jeunes sont bacheliers. Ce qui est encore loin d’être le cas.”

Le bac ? « Une formalité » pour beaucoup de lycéens, plus préoccupés par « l’après »

“Cet examen bicentenaire, dont le coup d’envoi sera donné le 17 juin cette année, a atteint en 2018 un taux de réussite de 91% pour la voie générale (S, ES et L), 88,9% pour la voie technologique et 82,6% pour la voie professionnelle. Le pourcentage de bacheliers dans cette génération est de presque 80% (contre 43% il y 30 ans).

Pour beaucoup, le stress du bac, qui clôt 15 ans de scolarité, semble s’être déporté sur les modalités leur permettant d’intégrer la fac ou l’école de leur choix.” […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 13 juin 2019 réalisée par Géraldine Duboz

« Bac et brevet » [« Le brevet des collèges est-il plus simple aujourd’hui qu’il y a vingt ans ? »]

« […] Le brevet des collèges est-il plus simple aujourd’hui qu’il y a vingt ans ?

“[…] une étude parue à l’automne 2018 nuance l’idée selon laquelle le niveau d’exigence des épreuves écrites est la raison principale de l’obtention du diplôme. Le contrôle continu joue aussi un rôle important dans la réussite des candidats. Pour rappel, la note finale de l’examen intègre une part de contrôle continu.

Dans la version actuelle du brevet (que Blanquer prévoit de réformer, comme tant d’autres avant lui), le candidat est noté sur 800 points, dont 400 sont attribués dans le cadre du contrôle continu – contre 400 points sur 700 dans sa version 2017.” »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 13 juin 2019 réalisée par Géraldine Duboz

Nouveaux programmes du lycée : « Langues […] »

« Le site [portail interlangues de l’académie] de Grenoble publie les documents de présentation des nouveaux programmes utilisés par l’inspection. »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 13 juin 2019

« Réformite » [« Réforme du bac : on a demandé aux futurs élèves de première ce qu’ils en pensaient »]

« […] Réforme du bac : on a demandé aux futurs élèves de première ce qu’ils en pensaient

“A la rentrée prochaine, les élèves de première expérimenteront la nouvelle version du baccalauréat, après la réforme mise en place par Jean-Michel Blanquer. Un texte contesté. Les premiers concernés, eux, ne sont pas forcément contre, mais font part de leurs incertitudes.” »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 13 juin 2019 réalisée par Géraldine Duboz

« Baccalauréat : tout savoir sur la session 2019 »

« Les épreuves écrites du baccalauréat débutent ce lundi 17 juin pour les 743 594 candidats inscrits.

Retrouvez toutes les informations sur la session du baccalauréat 2019 : les chiffres-clés, les effectifs, le calendrier des épreuves, les conseils aux candidats et les résultats du baccalauréat. »

In la lettre de l’éducation.gouv.fr, juin 2019 [Dernière consultation le 19 juin 2019]

« Orientation scolaire : cadre national de référence entre l’État et Régions de France »

« Afin de préciser les compétences respectives de l’État et des Régions dans l’exercice de leurs missions en matière d’orientation et d’information et les principes communs de leur action, un Cadre national de référence a été signé par les ministres de l’Éducation et de la Jeunesse, et de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ainsi que des représentants de Régions de France. »

In la lettre de l’éducation.gouv.fr, juin 2019 [Dernière consultation le 19 juin 2019]

« Le service national universel : c’est parti ! »

« Le service national universel [SNU] s’adresse à tous les jeunes, garçons et filles. Il prend la forme d’un service civique d’un mois obligatoire entre 16 et 18 ans, dans la continuité du parcours citoyen, suivi d’un engagement plus long sur la base du volontariat, entre 16 et 25 ans.

Sa mise en place commencera en 2019-2020 avec une phase d’expérimentation fin juin 2019. »

In la lettre de l’éducation.gouv.fr, juin 2019 [Dernière consultation le 19 juin 2019]

« Quelles spécialités pour quelles études après le bac 2021 ? »

« Dans le nouveau lycée général et technologique, les élèves de 2de choisissent trois spécialités pour la classe de 1re en fonction de leurs goûts et de leurs motivations.

Les spécialités servent à expérimenter avant tout ce qui plait ou ne plait pas et n’empêchent pas l’accès à une formation visée. Des directeurs de l’enseignement supérieur vous en disent plus en vidéo. »

In la lettre de l’éducation.gouv.fr, juin 2019 [Dernière consultation le 19 juin 2019]

Enseignement professionnel : « Après la 3e : des secteurs qui recrutent en voie professionnelle »

« Rénovation du bâtiment, hôtellerie restauration, maintenance industrielle, électromécanique, etc. Ces secteurs recrutent ! Les élèves de 3e qui veulent entrer en lycée professionnel ou CFA à la rentrée 2019, peuvent encore  demander ces spécialités dans leurs vœux d’affectation. »

In la lettre de l’éducation.gouv.fr, juin 2019 [Dernière consultation le 19 juin 2019]

RADIO, TV, VIDEOS

« Documentaire/Débat : « Le monde en face : Profs en première ligne » en replay jusqu’au 25 juin 2019 (70 minutes)

« Véritable miroir de la société, l’école a changé au gré des générations, des modes et des nouveaux défis de la société. Chômage, précarité, mixité sociale et nouvelles technologies ont contribué à modifier son visage. Instituteurs, maîtres et professeurs, engagés de la maternelle au lycée, sont les mieux placés pour renseigner sur l’école d’aujourd’hui et aider à en dresser un état des lieux.

Une équipe leur a donné la parole, de façon libre et sans tabous. Les parcours de ces enseignants évoluent également, constituant un autre indice des transformations en cours dans l’éducation. Instituteurs, maîtres, professeurs des écoles, ces hussards de la République nous confient leur détresse et leur sentiment d‘abandon. Dans son lycée professionnel de Nantes, Karine veut y croire encore malgré la pression, la misère sociale et les nouvelles difficultés. Dans le sud de la France, Thomas, n’y croit déjà plus. Contrairement à lui, sa femme Céline -directrice et professeure au primaire – a choisi de vivre son métier comme une mission. Mais à quel prix ? Enseigner peut-il encore être une vocation ?

Dans le Val d’Oise, David n’est pas sorti indemne de ses 12 années de maternelle en zone sensible…

En demandant sa mutation dans une école plus calme, il a choisi de s’épargner. En Picardie, Emmanuelle, professeure au collège, tient parce qu’elle est en colère contre un système qui laisse des enfants sur le carreau. Elle témoigne d’une institution qui sombre et refuse d’être résignée, pour ses élèves d’abord mais aussi pour elle.

Le documentaire est suivi d’un débat présenté par Marina Carrère d’Encausse avec Marion Raoult future professeure des écoles ; Aymeric Patricot, enseignant, auteur de « Les bons Profs » ; Jennifer Biais, professeure des écoles, cofondatrice du mouvement des Stylos Rouges et Anne Barrerre, sociologue de l’éducation […]»

In site France.TV [Dernière consultation le 19 juin 2019]

COLLOQUES, SEMINAIRES, EXPOSITIONS, MOOC…

Session d’été ISFEC AFAREC IdF : « Cacophonie de la société et école de la parole ? : Didactique de l’oral – Education citoyenne – Vie d’établissement » (4 et 5 juillet 2019)

« Public concerné

Enseignants tous niveaux, cadres intermédiaires (pédagogiques, éducatifs), animateurs en pastorale, personnel d’éducation, et chefs d’établissement, responsables diocésains

INSCRIPTION

Chaque participant enseignant doit être inscrit par son établissement sur Formélie (Code Formélie PN051234). La formation est à coût zéro pour l’établissement.

Chaque participant non enseignant pourra s’inscrire auprès de Marie-Anne Lavorel (ma.lavorel@isfec-idf.net)

Lors de la confirmation d’inscription, le participant recevra le programme détaillé et choisira les ateliers auxquels il souhaite participer. – L’attribution des ateliers s’effectuera en fonction de l’ordre d’arrivée des inscriptions –

Contexte de ces deux journées de formation

En lien avec la session de l’an dernier qui avait permis de travailler sur le climat scolaire, cette session permettra d’approfondir les conditions de la circulation de la parole entre tous les acteurs de l’école.

En écho avec les questionnements qui traversent notre société (mode de prise de parole, débat…), il apparaît essentiel d’étudier les modalités permettant le développement d’une éducation à la parole au sein des établissements. En perspective d’un « grand oral » ou de la présentation d’un « chef d’œuvre » au baccalauréat, les approches didactiques de la maternelle au lycée seront explorées.

Objectifs de ces deux journées

Clarifier les composantes de la « parole » au sein de nos établissements

Dégager des modalités d’évolution et de mise en œuvre dans l’enseignement/apprentissage, dans l’éducation à la vie collective, dans la gestion des relations

Mutualiser des expériences et produire des ressources afin d’enrichir des pratiques dans les champs pédagogiques, éducatifs et managériaux :

Lieu

Plénières : amphithéâtre Paroisse Notre-Dame des Champs – 92bis bd du Montparnasse – 75014 Paris

Ateliers : ISFEC AFAREC IdF – 39 rue Notre-Dame des Champs – 75006 Paris

Conférenciers

Sylvie Plane, Professeure émérite de sciences du langage Sorbonne Université

Benjamin Moignard, Maître de conférences à l’Université Paris-Est, membre du LIRTES et co-directeur de l’Observatoire Universitaire International Education et Prévention

Gilbert Longhi, Directeur de recherches à l’observatoire déontologique de l’enseignement

Modalités de travail

Alternances de conférences, échanges avec les intervenants et ateliers. »

Pour voir le programme complet des deux journées (conférences et ateliers), n’hésitez pas à consulter la page dédiée à cette 3e session d’été sur notre site institutionnel. »

In site ISFEC AFAREC IdF [Dernière consultation le 19 juin 2019]

Université d’été de l’INSHEA : « « L’école inclusive mise en perspective au travers de 4 thèmes! […] » (8 au 10 juillet 2019)

« L’école inclusive mise en perspective au travers de 4 thèmes : l’école contre les inégalités, l’école et ses perturbations, l’école lieu de coopérations, l’école et l’accessibilité éducative. Et aussi d’autres animations festives. Inscrivez-vous vite ! »

In Lettre de l’INSHEA n°58, 19 juin 2019

RAPPORTS, ETUDES, THESES, REVUE…

Revue Education & didactique (2018/3) : « Tenir la classe ou faire apprendre les élèves ? »

« Qu’est ce qui tient la classe : des savoirs exigeants, une approche bienveillante, une autorité sans faille ?

Marie Sylvie Claude et Patrick Rayou interrogent des élèves sur des vidéos de cours dans un article d’Education & didactique (2018/3). Leur analyse est percutante. « En situation de grande insécurité, les élèves peuvent faire pression pour rester dans les régimes les moins exigeants de ces registres. Ils apprécieront donc des enseignants qui se contentent de dérouler un cours sans surprise en garantissant, par une discipline rigoureuse, une paix qui permet d’être et de demeurer dans la forme scolaire. Si, au contraire, ils estiment que les enseignants sont supérieurs par le savoir, mais proches par le respect qu’ils leur portent, ils acceptent alors d’entrer dans des apprentissages qui exigent davantage d’eux et les émancipent. La paix de la classe n’est plus alors la seule absence de guerre qu’autorise un.e enseignant.e qui s’impose, mais la condition librement consentie d’un développement personnel… Les enjeux de savoir apparaissent en effet assez vite et de façon insistante dans ces propos d’élèves qui n’attendent des adultes pas tant une bienveillance protectrice qu’une considération prenant simultanément en compte leur personne, ce qu’ils sont capables de faire et là où il faut les amener. Ils incitent ce faisant à regarder, par-delà les statuts de maîtres et d’élèves, les processus complexes qui tissent à l’école les logiques de savoir, leur signification culturelle et sociale, les tensions identitaires auxquelles elles donnent lieu, en particulier chez des adolescents ». »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 19 juin 2019

Rapport 2018 OCDE « Talis : En France des pratiques pédagogiques particulières »

« Que sait-on des pratiques pédagogiques en France par rapport aux autres pays ?

Finalement pas mal de choses si on suit l’enquête Talis 2018 de l’OCDE, publiée le 19 juin. Entre pratiques structurantes, management de la classe, pratiques axées sur les élèves et activités d’approfondissement, l’école française est celle de la tradition. […] »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 19 juin 2019

« Ressources » [Créations, opportunités et développements du numérique éducatif]

« […] Réformes de l’éducation : la voie de l’« autocratie » par Romuald NORMAND, Recherches et Études dans le monde

“La théorie sociale de la troisième voie plaide en faveur d’une pensée intégratrice – établir un lien entre le meilleur de la gouvernance et des marchés novateurs en termes de changement éducatif. Dans la pratique, cependant, de nombreuses politiques de la Troisième Voie se sont éloignées de ces idéaux premiers – l’aliénation des élèves, la corruption des salles de classe, la manipulation des éducateurs et la tromperie du public.

Comment cela s’est-il produit ?” Très, très intéressant. […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 18 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

Rapport : « 10 milliards d’hommes en 2050 »

« « La population mondiale devrait augmenter de 2 milliards de personnes au cours des 30 prochaines années, passant de 7,7 milliards actuellement à 9,7 milliards en 2050 », estime un nouveau rapport des Nations Unies publié le 17 juin. « plus de la moitié de la croissance projetée de la population mondiale d’ici 2050 se concentrera dans neuf pays : Inde, Nigéria, Pakistan, République démocratique du Congo, Éthiopie, République-Unie de Tanzanie, Indonésie, Égypte et les États-Unis d’Amérique (en ordre décroissant de l’augmentation attendue).

Vers 2027, l’Inde devrait dépasser la Chine en tant que pays le plus peuplé du monde. La population de l’Afrique subsaharienne devrait doubler d’ici 2050 (augmentation de 99%). Les régions qui pourraient connaître des taux de croissance démographique plus faibles entre 2019 et 2050 comprennent l’Océanie à l’exception de l’Australie/Nouvelle-Zélande (56%), l’Afrique du Nord et l’Asie occidentale (46%), l’Amérique latine et les Caraïbes (18%), l’Asie de l’Est et du Sud-Est (3%) et l’Europe et l’Amérique du Nord (2%). L’indice synthétique de fécondité global, qui a baissé de 3,2 naissances par femme en 1990 à 2,5 en 2019, devrait encore diminuer pour s’établir à 2,2 en 2050. » »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 18 juin 2019

« Divers » [Etude : « Difficulté de lecture : « Il faut simplifier la langue française au lieu de rajouter des heures d’apprentissage »]

«  […] Difficulté de lecture : « Il faut simplifier la langue française au lieu de rajouter des heures d’apprentissage »

“Trois expertes de la langue reviennent pour « 20 minutes » sur l’étude qui a révélé que plus d’un jeune Français sur dix était « en difficulté de lecture »” […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 13 juin 2019 réalisée par Géraldine Duboz

« Divers » [Enquête : « Les collégiens et lycéens fument moins, mais boivent toujours autant »]

« […] Les collégiens et lycéens fument moins, mais boivent toujours autant

“La clope entre deux heures de cours est visiblement passée de mode. Si le collège et le lycée restent les périodes d’expérimentation des premiers verres d’alcool, les jeunes Français délaissent de plus en plus la cigarette.

C’est ce que révèle l’enquête nationale dirigée par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) en collège et en lycée chez les adolescents sur la santé et les substances (EnClass) menée de mars à juin 2018 auprès de plus de 20 000 collégiens et lycéens.” […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 13 juin 2019 réalisée par Géraldine Duboz

« Ressources » [« L’école finlandaise, les clés de la réussite, un modèle transposable en France ? » – « L’effet positif de la réduction de la taille des classes sur l’enseignement et les apprentissages : l’exemple de classes de collège à Hong Kong »]

« L’ÉCOLE FINLANDAISE, LES CLÉS DE LA RÉUSSITE. UN MODÈLE TRANSPOSABLE EN FRANCE ?

“Au rythme des différentes enquêtes PISA (Programme for International Student Assessment […]), la France est régulièrement pointée du doigt pour ses « mauvaises » performances comparées aux autres pays de l’OCDE […]. On lui reproche notamment des performances moyennes sur les différentes matières évaluées mais surtout une grande inégalité des performances en fonction du milieu social des élèves.

En parallèle, sur le podium des meilleures performances, on retrouve régulièrement et souvent à la première place (tous critères d’évaluation confondus), la Finlande. L’objet de cet article est donc de se questionner sur les raisons qui expliquent les très bonnes et récurrentes performances finlandaises et d’ouvrir quelques pistes de réflexion sur ce qui pourrait être mis en œuvre en France au lycée, notamment dans nos filières STMG, pour améliorer la performance générale de nos élèves et réduire dans la mesure du possible, les inégalités. Avant d’approfondir notre réflexion, il est important de noter que cette étude se concentre sur les approches pédagogiques finlandaises mises en place en primaire et au collège car la performance PISA se mesure pour des élèves âgés de 15 ans (niveau fin de collège).” […]

L’effet positif de la réduction de la taille des classes sur l’enseignement et les apprentissages : l’exemple de classes de collège à Hong Kong (cours d’anglais) par Romuald NORMAND Recherches et Études en Chine

“Sont présentés ici seulement les conclusions de la recherche qui a porté sur 4 collèges avec de nombreuses observations et entretiens avec les enseignants comme avec les élèves.” »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 12 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

SITES A CONSULTER, APPLIS A TESTER

Site : « Education sexuelle : La méthode québécoise »

« De la maternelle à la seconde, ce site québécois, fruit de la collaboration de plusieurs commissions scolaires locales du Québec, propose des ressources pratiques pour les cours d’éducation sexuelle.

On y trouvera des fiches pratiques pour aborder cette question de façon concrète avec les élèves. Il propose des « situations d’apprentissage » après un important rappel de ce que l’on sait du développement psycho sexuel des élèves. Ainsi en 4ème, on trouve une fiche sur « mon premier concert » et les inquiétudes sur cette première sortie en commun. »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 13 juin 2019