Actualité du monde de l’éducation du 6 au 12 juin 2019

Le bulletin de veille est une sélection d’articles, hebdomadaire (hors vacances scolaires), réalisée par le documentaliste de l’ISFEC AFAREC IdF sur l’actualité du monde de l’éducation.

Sommaire

PARU AU JOURNAL OFFICIEL (JO), AU BULLETIN OFFICIEL (BO)

« Zavépluka » [“Au BO [n°23] du 6 juin 2019 : école inclusive, seconde professionnelle et compétences de l’État et des régions en matière d’information et d’orientation”]

« Au BO du 6 juin 2019 : école inclusive, seconde professionnelle et compétences de l’État et

des régions en matière d’information et d’orientation […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 7 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

 Circulaire publiée dans le Bulletin Officiel n°23 du 6 juin 2019 – Personnels contractuels – Cadre de gestion des personnels exerçant des missions d’accompagnement d’élèves en situation de handicap (AESH)

Circulaire n° 2019-090 du 5-6-2019- NOR MENH1915158C

 ARTICLES (1er et 2nd degré)

« Education et beaucoup d’éducation » [Concours « Non au harcèlement » : “La mauvaise cyber éducation”]

« […] La mauvaise cyber éducation Chronique de Guillemette Faure

“Le 3 juin, en compagnie de Brigitte Macron, le ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer remettait des prix aux jeunes gagnants du concours « Non au harcèlement ». La chroniqueuse de « M » y était.” »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 11 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

« Education et beaucoup d’éducation » [“L’éducation doit mettre au centre « la personne dans son intégralité », rappelle le Pape” François – “Le Vatican diffuse un texte destiné à lutter contre la supposée « théorie du genre »”]

«  […] L’éducation doit mettre au centre « la personne dans son intégralité », rappelle le Pape Vidéo et texte

“Dans un message vidéo, le Pape François s’adresse aux participants au congrès mondial de l’OIEC (Office international de l’Enseignement Catholique), qui se clôture ce 8 juin à New-York après trois jours de travaux.

Il mentionne trois difficultés actuelles qui mettent en péril la dimension humaniste de l’éducation des jeunes. Des pistes pour les dépasser sont proposées par le Saint-Père.”

Et en même temps :

Le Vatican diffuse un texte destiné à lutter contre la supposée « théorie du genre » Le Monde avec AFP

« Le texte doit à présent être confié aux présidents des conférences épiscopales, qui devront le transmettre aux établissements d’enseignement catholique. » […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 11 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

« Réflexions » [“Au-delà du miracle PISA à Singapour : le grand écart entre innovations et pratiques pédagogiques dans la classe” – Singapour : série d’articles sur “les développements du système éducatif” et “la multiplicité des parcours pour le développement professionnels des enseignants”]

« YaKa et YFOCON rencontrent la réalité

Au-delà du miracle PISA à Singapour : le grand écart entre innovations et pratiques pédagogiques dans la classe. Par Romuald NORMAND, Recherches et Études en Chine

“Malgré les multiples initiatives de réforme visant à encourager la vision pédagogique du « enseigner moins, apprendre davantage », la pratique pédagogique dans les salles de classe de Singapour est restée traditionnelle, largement axée sur l’enseignement du contenu des programmes et la performance aux examens.

Il y a très peu de preuves d’un enseignement réflexif, utilisant de manière significative les TIC, centré sur l’apprentissage des élèves.

Cela ne signifie pas pour autant qu’il n’y a pas eu d’innovations dans les programmes scolaires. En fait, au cours des dernières années, a été mise en œuvre une vague d’innovations curriculaires et pédagogiques dans un grand nombre d’écoles. Mais elles ne semblent pas avoir eu un impact significatif sur la pratique pédagogique dans les salles de classe.” Dur, dur le changement ou plutôt le non-changement ! […]

Une multiplicité des parcours pour le développement professionnel des enseignants à Singapour (IV). Le parcours à l’échelle du ministère […] »

Les 3 autres articles sur “la multiplicité des parcours pour le développement professionnel des enseignants à Singapour” (1, 2,3) sont disponibles sur le blog Innovations & Education Lab : le monde est notre classe, la classe est notre monde ainsi que 3 articles sur “les développements du système éducatif à Singapour (1,2,3)

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 7 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

« Et si on adoptait la discipline positive dans la classe ? »

« Alliant fermeté et bienveillance, la discipline positive peut s’appliquer dans la classe et dans l’ensemble de l’établissement scolaire.

Explications avec Béatrice Sabaté. […] psychologue clinicienne, maître formatrice et membre co-fondateur de l’Association Discipline Positive France (ADPF). […] »

Article de Dorothée Blancheton paru le 7 juin 2019 sur le site vousnousils : l’e-mag de l’éducation

« Réflexions »” [“Canada : Causes de l’épuisement professionnel chez les enseignants et conséquences pour les élèves”]

« […] Sur le RIRE (Réseau d’information pour la réussite éducative) au Canada : Causes de l’épuisement professionnel chez les enseignants et conséquences pour les élèves par Patrice Cyrille Ahehehinnou

“L’épuisement professionnel est parfois défini comme la phase finale d’un processus de fatigue physique, mentale et émotionnelle chronique. On le décrit aussi comme un processus progressif d’érosion des moyens internes d’un travailleur.

En ce qui concerne les enseignants, on peut percevoir cet épuisement, entre autres, comme une usure muette et continue, qui résulte du contact fréquent avec les élèves. Les trois manifestations de l’épuisement professionnel sont la fatigue physique, mentale et émotionnelle (ou fatigue professionnelle), le développement d’une image de soi inadéquate (ou sentiment de non-accomplissement ou d’inefficacité au travail) ainsi que la prise de distance avec autrui due à des sentiments négatifs et cyniques (aussi appelée dépersonnalisation).” […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 7 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

« L’atmosphère » [“Au Danemark, un système éducatif exemplaire mais loin d’être infaillible”]

« […] Au Danemark, un système éducatif exemplaire mais loin d’être infaillible par Anastasia Marcellin

“Depuis plusieurs années, les changements bouleversent l’équilibre d’un modèle perçu comme efficace et sain, dans lequel le bien-être des élèves est primordial.

Les résultats, loin d’être à la hauteur des attentes et des moyens mis en place, posent la question de l’efficacité du système”. »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 6 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

« Bien-être : Régis Malet : Education : Le bonheur dans la comparaison ? »

« Quelle est la voie du bonheur en éducation ? comment la définir en tenant compte de la pluralité des appartenances  culturelles et nationales ?

Régis Malet, professeur en sciences de l’éducation à l’Université de Bordeaux et membre de l’Institut universitaire de France utilise l’analyse comparée des systèmes éducatifs.

Le détour est essentiel pour comprendre ce qui se joue dans l’école qu’il s’agisse  des politiques éducatives, de la formation des enseignants ou du bonheur en éducation afin de se départir autant que faire se peut, des filtres culturels et sociaux  par lesquels nous saisissons les « autres ». […] »

Propos recueillis par Béatrice Mabilon-Bonfils, directrice du laboratoire BONHEURS, Université Cergy-Pontoise  parus dans l’expresso du 6 juin 2019

« Inégalités » [“Rapport 2019 [de l’Observatoire des inégalités] l’essentiel sur les inégalités en éducation” – “Les élèves défavorisés ne profitent pas assez de l’éducation prioritaire”]

« […] L’essentiel des inégalités d’éducation Le tour de la question

“Les inégalités sociales ont-elles un effet sur le destin scolaire des élèves ? L’éducation continue-t-elle de se démocratiser ? Filles et garçons sont-ils à égalité dans leurs études ?

L’essentiel du chapitre « Éducation » du Rapport sur les inégalités édition 2019, de l’Observatoire des inégalités. […]

Les élèves défavorisés ne profitent pas assez de l’éducation prioritaire par Christel Brigaudeau et Christine Mateus

“L’Observatoire des inégalités a rendu mardi soir son dernier rapport. Parmi les chantiers majeurs : les élèves défavorisés. 73% ne disposent d’aucune aide particulière car ils étudient dans des établissements sans moyens supplémentaires.”

Elèves défavorisés : « Les familles n’osent pas demander des aides »

“Philippe Sauzedde, principal d’un collège du Loir-et-Cher, détaille la manière dont son établissement accompagne les élèves défavorisés.” […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 5 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

ÉDUCATION ET NUMÉRIQUE (1er et 2nd degré)

« Education et beaucoup d’éducation » [“Numérique éducatif […]”]

« […] Numérique éducatif : quand tout va vraiment trop vite pour tout le monde (moi y compris) Par Michel Guillou sur son blogue : Culture numérique […]” »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 11 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

« Bruno Devauchelle : E[quipements] I[ndividuels] M[obiles], la concurrence ? »

« On les nomme « équipements individuels mobiles » [EIM] pour désigner les smartphones, tablettes et ordinateurs portables. S’ils sont centraux, ils ne sont pas seuls, les objets connectés pouvant compléter pour certains d’entre eux, la liste de ces objets mobiles, individuels et connectés que nous emportons (ou emporteront) avec nous.

Le smartphone étant de plus en plus le « couteau suisse du numérique individuel » on le met en avant. Et cela d’autant plus qu’il est de plus en plus souvent dans la poche de chacun de nous et de nos élèves, tandis que les objets connectés n’en sont qu’au début et surtout qu’ils utilisent aussi le relais des smartphones pour fonctionner : montres, capteurs de tension ou autres, etc.

On comprend dès lors que la question du choix d’un EIM relève d’une question de concurrence.

Cette concurrence s’effectue sur différents critères explicités parfois, implicites, souvent. Ainsi on va les trouver plus conviviaux, offrant plus d’applications, mais on va aussi les trouver plus sympas ou encore ayant une meilleure image sociale… En éducation la question du choix des EIM est polémique. […] »

Chronique de Bruno Devauchelle parue dans l’expresso du 7 juin 2019

« Le numérique » [“Education : le tournant de l’école « Big brother »” – “Et si nous repensions l’éducation grâce à la data ?”]

« […] Education : le tournant de l’école « Big brother » Par Héloïse de Neuville [Article réservé aux] abonnés [dans son intégralité]

“Des applis de vie scolaire permettent aux parents de fliquer leurs enfants en temps réel : notes, comportement, devoirs, plus rien n’échappe aux familles. Au risque de renforcer l’anxiété autour des résultats et diminuer l’autonomie des élèves ?”

Et si nous repensions l’éducation grâce à la data ? par Romuald Cetkovic (chroniqueur) “Si nous sommes capables aujourd’hui de proposer avec succès ce type d’évolution dans nos loisirs, nos entreprises ou encore notre santé, nul doute que nous serons capable demain de le proposer dans notre système d’apprentissage.

Objectif : créer un système d’éducation épanouissant et en ligne avec nos aspirations du XXIe siècle.” […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 6 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

1er DEGRÉ

Primaire : « Dans une cour de récré »

« Source de tensions entre l’école et les parents mais aussi pour les enseignants, la cour de récréation est l’objet de beaucoup d’attentions.

Dans la revue « L’école des parents » d’avril-mai-juin [9 euros le numéro], consacré aux cours de récréation, Jacques Barou, sociologue, signe un article sur la socialisation des enfants. Il explique que  la cour est « un lieu d’observation ethnographique des processus de socialisation enfantine instructif, car les enfants y constituent des groupes informels fondés sur le partage de valeurs et de règles. Malgré le retrait relatif des maîtres, les relations entre pairs n’y sont pas anarchiques. Elles sont structurées sur le modèle transmis par les adultes, mais avec des interprétations propres au jeune âge ». Mais concrètement que se passe-t-il dans une  cour de récréation ?

Dans le premier degré, la récréation est sous la responsabilité de l’ensemble des enseignants, qu’ils soient de surveillance ou pas. C’est un moment fort d’apprentissage dont ont su se saisir certaines écoles telle que celle de Laurence Soulas à Nieuil l’Espoir, dans la Vienne (86). […] »

Article de Lilia Ben Hamouda paru dans l’expresso du 12 juin 2019

Élémentaire : « Maths : Test interclasses » (CE1-CM2)

« « Dans mon école, une fois par an, nous évaluons toute l’école dans certaines disciplines avec un test « standardisé » (tous les ans le même, pour tous les niveaux de classe du CE1 au CM2) qui nous permet de montrer leurs progrès aux élèves (parce qu’ils passent le même test tous les ans et peuvent donc voir leur score augmenter); de constater les progrès d’une cohorte; de comparer le niveau des CM2 (par exemple) de cette année avec ceux des années précédentes (de manière objective) et donc d’ajuster notre pédagogie pour améliorer tel ou tel résultat ». C’est ce test que propose Charivari [sur son blog] du CE1 au CM2 en maths. »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 12 juin 2019

Élémentaire : Maths : « Une année avec la MHM » (CP-CM2)

« Pourquoi choisir cette méthode d’enseignement des maths au primaire ? Pour quels élèves ? Comment organiser sa salle de classe ? Loïc explique le pourquoi de son choix sur son blog.

« L’an dernier, j’ai beaucoup échangé avec mes collègues pour les inciter à tester la Méthode Heuristique de Mathématiques [MHM] de Nicolas Pinel. Mes collègues se sont laissés tenter et tous les 4 (du CP au CM2), nous avons commencé cette méthode en septembre. Après pratiquement une année, j’avais envie de prendre un peu de recul et vous faire partager ce que j’en pense ». »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 12 juin 2019

« Maryse Rebière et Véronique Boiron [suite à la publication de la circulaire de rentrée du 29 mai 2019] : L’école maternelle, école du langage »

« Les recommandations ministérielles du 29 mai 2019 qui font suite aux Assises de la Maternelle de 2018 et aux commentaires du Ministre de l’Éducation étaient attendues. Elles sont à la hauteur de nos craintes !

L’école maternelle y est présentée comme propédeutique à l’école élémentaire, essentiellement orientée vers l’apprentissage de la lecture tel que le conçoit le ministère, c’est-à-dire principalement focalisé sur le déchiffrage, comme si la compréhension ne relevait pas de la même urgence.

Qu’en est-il des activités qui « nourrissent » les apprentissages langagiers, qui initient les élèves à la verbalisation des émotions physiques et artistiques ? Plus largement, qu’en est-il de la culture « maternelle » qui assure l’entrée harmonieuse des enfants dans le monde scolaire ? […] »

Article de Maryse Rebière et Véronique Boiron paru dans l’expresso du 7 juin 2019

2nd DEGRÉ

Sciences : Faq2sciences : plateforme d’autoévaluation avant d’intégrer une filière scientifique à l’Université

« […] L’objectif de notre site [Faq2sciences.fr] est de vous aider à conforter votre orientation et à bien préparer votre entrée en licence. Pendant vos études au lycée, vous avez acquis de nombreuses connaissances dans les matières comme la Physique, la Chimie, les Mathématiques ou la Biologie, [informatique] et le Bac a validé cela. Le parcours scientifique de licence que vous avez choisi demande de votre part un certain nombre de prérequis. C’est sur cette base que vos études vont se poursuivre.

À travers le site faq2sciences, vous allez répondre à des séries de quiz qui vont vous permettre de vous tester et de vous rassurer par rapport à ce que vous connaissez. […] »

In site Faq2sciences.fr [Dernière consultation le 12 juin 2019]

Sciences : « Sylvain Charlat : Enseigner l’incertitude […] »

« Quelle place accorder à l’épistémologie des sciences historiques en SVT ?

Dans un article à paraitre intitulé « L’enseignement de l’évolution : redonner une place à l’épistémologie des sciences historiques », à paraître dans la revue Recherche en Didactique des Sciences et des Technologies (RDST) à l’automne, Sylvain Charlat, chercheur au CNRS et Fabienne Paulin, professeure de SVT étudient les manques de démarches historiques en cours de SVT. « Alors que l’approche hypothético-déductive peut donner l’apparence d’une marche tranquille vers la vérité, la démarche historique laisse ses zones d’ombres plus apparentes », note Sylvain Charlat.

Dans leur article, les spécialistes pointent « les zones de fragilité » et rappellent la nécessité d’argumenter pour faire vivre les théories scientifiques. « La tentation est forte de généraliser à partir d’un seul exemple traité en classe ». […] »

Entretien par Julien Cabioch, paru dans l’expresso du 11 juin 2019

« SVT : Les bonnes attitudes pour les activités pratiques »

« « Afin d’informer les élèves sur la protection de l’individu, les risques d’accident, l’élimination des déchets et l’éducation à l’environnement, une affiche est proposée pour un affichage en salle de classe et/ou en laboratoire. »

Réalisée par Tony Neveu, professeur de SVT en collège à Bonnétable, l’académie de Nantes la partage avec nous. »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 11 juin 2019

Baccalauréat 2021 : « Physique : Une séquence pour la spécialité de première [1ère] »

« Pour la partie « l’énergie », le site [Physique-Chimie] de [l’académie d]’Aix Marseille publie une première séquence relative à la future spécialité de 1ère.

Les élèves doivent réaliser une expérience pour résoudre un problème : la surface de panneaux photovoltaïques pour chauffer l’eau d’un ballon d’eau chaude. »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 11 juin 2019

Education et beaucoup d’éducation [“Parcoursup : 100 000 jeunes toujours en attente”]

« […] Parcoursup : 100 000 jeunes toujours en attente

“À un peu moins d’une semaine de l’épreuve de philo qui traditionnellement marque le coup d’envoi des épreuves du bac, ils sont un peu plus de 100 000 futurs bacheliers à ne pas savoir ce qu’ils feront à la rentrée prochaine. Donc un peu plus de 15 % des lycéens n’ont toujours pas reçu de proposition sur Parcoursup, la plate-forme d’orientation pour s’inscrire dans l’enseignement supérieur.” »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 11 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

Enseignement professionnel : « Langues : Évaluer le savoir être en langues »

« Le programme de langues vivantes 1 en CAP et en baccalauréat professionnel contribue au développement de compétences transversales, psychosociales et interculturelles.

Les enseignements dans les deux contextes d’apprentissage, celui des situations et actes de la vie quotidienne, personnelle, sociale et civique et celui des situations et actes de la vie professionnelle, ne peuvent être dissociés de l’acquisition de savoir-être professionnels », écrit l’inspection d’Aix Marseille [sur le site académique Anglais en lycée professionnel]. Elle propose une grille  pour évaluer le « savoir être professionnel » en classe de langues. »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 6 juin 2019

Langues vivantes : “Comment organiser un voyage scolaire ?” au collège

« L’académie de Toulouse publie [sur le site des Langues vivantes] un mode d’emploi pour les professeurs de langues. On y trouve un « carnet de voyage  » de l’élève qui comprend à la fois des aspects concrets et qui prépare le travail réalisé durant le voyage (niveau 3ème). A voir aussi la checklist du prof avant voyage. »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 6 juin 2019

« L’atmosphère » [“Sujets zéro en classe de première (1ère) pour le baccalauréat 2021” de plusieurs épreuves en contrôle continu (enseignement commun et enseignement de spécialité)]

« […] Sujets zéro en classe de première pour le baccalauréat 2021

[sont à télécharger à la fin de la page web :

Enseignement commun : enseignement scientifique – Histoire géographie – Langues vivantes (allemand, anglais, arabe, breton, catalan, chinois, corse, créole, espagnol, italien, japonais…) – Mathématiques pour les voies générale et technologique

Enseignement de spécialité : Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques – Humanités, littérature et philosophie – Langues, littératures et cultures étrangères et régionales – Littérature et LCA – Mathématiques – Numérique et sciences informatiques – Physique-Chimie – SVT – Sciences de l’ingénieur – SES]

“Deux séries d’épreuves de contrôle continu sont organisées en classe de première à partir de l’année 2019-2020. Ces épreuves portent sur des enseignements communs et l’enseignement de spécialité suivi uniquement en classe de première ; l’enseignement scientifique et la spécialité ne sont évalués que lors de la deuxième série. Vous pouvez télécharger sur cette page des exemples d’évaluation (sujets zéro) pour ces deux séries.” […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 6 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

« Orientation » [Réforme du lycée : Orientation en fin de 2nde]

« A l’Assemblée nationale, E. Philippe a répondu à une question de Jean-Christophe Lagarde intitulée : Orientation scolaire et réforme de la haute fonction publique

Un extrait de sa réponse : “Pour ce qui concerne les choix à effectuer en fin de classe de seconde, nous ne voulons pas créer un système qui impose aux lycéens de faire des choix qui conditionneraient ou qui prédétermineraient leur orientation dans l’enseignement supérieur ou dans le monde professionnel.

Vous savez que l’ancien système, celui que vous et moi avons connu, consistait très souvent à demander aux jeunes gens de choisir très tôt entre la filière scientifique, la filière économique et la filière littéraire. Une fois ce choix effectué, ce système ne permettait que très marginalement une réorientation au moment de l’accès à l’enseignement supérieur. C’est notamment ce à quoi nous avons voulu mettre un terme en prévoyant des modules beaucoup plus variés. Cela nous semble à la fois plus intelligent pour le lycéen, et beaucoup plus intelligent pour l’étudiant futur, car nous avons constaté que la diversité des formations des lycéens constituait un gage de qualité de l’enseignement supérieur.

La plus grande diversité des matières choisies en classes de première et de terminale sera un gage de qualité accrue pour les professeurs et pour les formations de l’enseignement supérieur. Il ne s’agit donc pas du tout de prédéterminer, dès la fin de la seconde, des choix professionnels, mais, au contraire, d’ouvrir la possibilité de choix futurs.”

Le Café pédagogique signale cette réponse sous le titre : Orientation : E. Philippe promet la liberté de choix des lycéens

Titre un peu exagéré. Il me semble qu’E. Philippe ne fait pas cette promesse. Par contre le commentaire de fin de présentation par le Café me semble plus juste :

“La plus grande diversité des matières choisies en classes de première et de terminale sera un gage de qualité accrue pour les professeurs et pour les formations de l’enseignement supérieur. Il ne s’agit donc pas du tout de prédéterminer, dès la fin de la seconde, des choix professionnels, mais, au contraire, d’ouvrir la possibilité de choix futurs » “Une affirmation osée mais couverte par le secret des algorithmes des établissements d’enseignement supérieur.” »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 5 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

RADIO, TV, VIDÉOS…

Podcast : « France culture : émission Etre et savoir : le magazine de l’éducation » au « sens large » du 2 et 9 juin 2019

« L’éducation au sens large : les réformes en cours dans l’Education nationale et, de la maternelle à l’université, les questions pédagogiques, disciplinaires ou sociales. »

Ci-dessous les dernières émissions Etre et savoir (anciennement Rue des écoles) présentées par Louise Tourret (dimanche de 17h à 18h) sur France Culture :

« Conseil de classe » (09/06/2019) Dans cette émission « Etre et savoir dresse le bilan d’une année chargée, entre loi sur l’école, contestation des réformes et nouveau baccalauréat. »

« Histoires de leurs 13 ans » (02/06/2019)

Etre et savoir se penche sur la préadolescence, cet âge de tous les possibles, au travers des figures d’Esther et de Justine, qui nous racontent leurs rêves et leur quotidien dans un langage qui devient le reflet de leur métamorphose. ”

In France culture, émission Etre et savoir [Dernière consultation le 12 juin 2019]

COLLOQUES, SÉMINAIRES, EXPOSITIONS, MOOC…

Session d’été ISFEC AFAREC IdF : « Cacophonie de la société et école de la parole ? : Didactique de l’oral – Education citoyenne – Vie d’établissement » (4 et 5 juillet 2019)

« Public concerné

Enseignants tous niveaux, cadres intermédiaires (pédagogiques, éducatifs), animateurs en pastorale, personnel d’éducation, et chefs d’établissement, responsables diocésains

INSCRIPTION

Chaque participant enseignant doit être inscrit par son établissement sur Formélie (Code Formélie PN051234). La formation est à coût zéro pour l’établissement.

Chaque participant non enseignant pourra s’inscrire auprès de Marie-Anne Lavorel (ma.lavorel@isfec-idf.net)

Lors de la confirmation d’inscription, le participant recevra le programme détaillé et choisira les ateliers auxquels il souhaite participer. – L’attribution des ateliers s’effectuera en fonction de l’ordre d’arrivée des inscriptions –

Contexte de ces deux journées de formation

En lien avec la session de l’an dernier qui avait permis de travailler sur le climat scolaire, cette session permettra d’approfondir les conditions de la circulation de la parole entre tous les acteurs de l’école.

En écho avec les questionnements qui traversent notre société (mode de prise de parole, débat…), il apparaît essentiel d’étudier les modalités permettant le développement d’une éducation à la parole au sein des établissements. En perspective d’un « grand oral » ou de la présentation d’un « chef d’œuvre » au baccalauréat, les approches didactiques de la maternelle au lycée seront explorées.

Objectifs de ces deux journées

Clarifier les composantes de la « parole » au sein de nos établissements

Dégager des modalités d’évolution et de mise en œuvre dans l’enseignement/apprentissage, dans l’éducation à la vie collective, dans la gestion des relations

Mutualiser des expériences et produire des ressources afin d’enrichir des pratiques dans les champs pédagogiques, éducatifs et managériaux :

Lieu

Plénières : amphithéâtre Paroisse Notre-Dame des Champs – 92bis bd du Montparnasse – 75014 Paris

Ateliers : ISFEC AFAREC IdF – 39 rue Notre-Dame des Champs – 75006 Paris

Conférenciers

Sylvie Plane, Professeure émérite de sciences du langage Sorbonne Université

Benjamin Moignard, Maître de conférences à l’Université Paris-Est, membre du LIRTES et co-directeur de l’Observatoire Universitaire International Education et Prévention

Gilbert Longhi, Directeur de recherches à l’observatoire déontologique de l’enseignement

Modalités de travail

Alternances de conférences, échanges avec les intervenants et ateliers. »

Pour voir le programme complet des deux journées (conférences et ateliers), n’hésitez pas à consulter la page dédiée à cette 3e session d’été sur notre site institutionnel. »

In site ISFEC AFAREC IdF [Dernière consultation le 12 juin 2019]

RAPPORTS, ETUDES, THÈSES, REVUE…

 Note Depp n°19.20 :  “Lecture : Un jeune sur dix en difficulté ?”

« Cette année il faut mettre un point d’interrogation aux résultats des tests de lecture de la Journée défense et citoyenneté. Chaque année on annonce un jeune sur dix en difficulté de lecture et la moitié de ceux-ci en illettrisme. Mais cette année, la Depp prévient que les résultats ne sont pas fiables.

La Note [n°19.20, juin 2019] signale un problème technique lors de la passation des tests : « Ces problèmes ont empêché les jeunes de répondre à certains items, or une non-réponse est considérée comme une non-maîtrise de ce qui est attendu. Par conséquent, le pourcentage de jeunes en difficulté de lecture est surestimé en 2018, 2017 ainsi qu’en 2016″. »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 7 juin 2019

Revue Ressources n° 21 “Apprendre des activités des élèves”

« « Cette contribution montre comment il est possible d’outiller et de nourrir la capacité d’enquête des enseignants afin de leur permettre d’apprendre des stratégies d’apprentissage des élèves ».

Dans la revue Ressources (n°21) de l’Espe de Nantes, Sylvie Guffond, Valérie Lussi Borer et Alain Muller rendent compte d’un suivi des maîtres + en Haute Savoie.

« Constat est fait que la construction d’artéfacts basés sur des données liées à la documentation minutieuse et filmée de l’activité d’apprentissage des élèves couplée aux intentions d’enseignement des enseignants permet à ceux-ci d’identifier les écarts entre objectifs et activité réelle, ainsi que les obstacles qui sont en jeu, que ce soit du côté des modalités d’apprentissage ou des savoirs proposés aux élèves.

Toutefois, il apparaît qu’apprendre à analyser l’activité d’apprentissage des élèves peut mettre à mal l’estime professionnelle des enseignants, si cet apprentissage n’est pas accompagné par des formateurs capables ensuite de co-construire, avec les équipes d’enseignants, des moyens et supports d’enseignement adaptés aux difficultés rencontrées par les maîtres pour traiter les besoins des élèves. » »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 6 juin 2019

« L’atmosphère » [Etude : “En Europe, qui veut encore être enseignant ?” – Publication DEPP : Le nombre d’enseignants non-titulaires dans le secteur public en augmentation]

« En Europe, qui veut encore être enseignant ? par Océane Herrero

“Une étude comparative révèle que la perte d’attractivité de la profession ne se limite pas à la France”

Le nombre d’enseignants non-titulaires dans le secteur public a augmenté de près de 12%

“La note d’information de la DEPP « Les personnels de l’Éducation nationale en 2017-2018 » vient d’être publiée. Quelques chiffres clés. […]”

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 6 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

« L’atmosphère » [Rapport 2019 de l’Observatoire des inégalités : “ »Nous sommes dans une société élitiste » : en France, les inégalités se jouent dès l’école”]

« […] Nous sommes dans une société élitiste » : en France, les inégalités se jouent dès l’école par Céline Delbecque,

“L’Observatoire des Inégalités a rendu, mardi, son troisième rapport sur les inégalités en France. Il pointe notamment du doigt les différences d’accès à l’éducation.

« Quand un enfant va à l’école, il lit tous les matins la devise de la France, qui met en avant l’égalité. Il faut comprendre que ce discours n’est pas la réalité des salles de classe. »

Louis Morin pèse ses mots. Dans le dernier rapport qu’il a coécrit pour l’Observatoire des inégalités, l’éducation, et en particulier l’accès au diplôme, apparaît comme une « fracture initiale ». Une blessure dont l’impact dure tout au long de la vie des gens.” […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 6 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

« Inégalités » [Publication DEPP  “Bilan social du ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse 2017-2018”]

« […] “Bilan social du ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse 2017-2018 -Enseignement scolaire Personnels – Statistiques – publications annuelles – Édition 2019

“Le Bilan social national de l’enseignement scolaire dresse un panorama de l’ensemble des personnels enseignants et non enseignants du ministère de l’Éducation nationale au cours de l’année 2017-2018.

Il présente des indicateurs dans divers domaines : effectifs et caractéristiques des agents, recrutement, rémunération, carrières, conditions de travail, retraite, etc.”

À partir d’informations statistiques objectives, le Bilan social offre une vision à la fois globale et détaillée du potentiel humain du ministère. Il vise à nourrir la réflexion des acteurs du système éducatif et de la fonction publique comme celle du grand public.”  […] »

In la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 5 juin 2019 réalisée par Bernard Desclaux

SITES A CONSULTER, APPLIS A TESTER

« Des jeux pour faire des maths » (Cycle 3>Lycée)

« Evasion d’un hopital psy (3ème), attaque chimique au collège (6ème), la quête du temple Mathematica (CM2), le site académique [mathématiques de l’académie de Poitiers] publie une série de jeux mathématiques.

« Penser et construire les connaissances, les compétences et savoir-faire mathématiques du cycle 3 au lycée pour assurer la continuité entre l’école et le collège, puis entre le collège et le lycée, en prenant en compte les nouveaux contenus et l’évolution des pratiques pédagogiques avec la mise en place des nouveaux programmes de mathématiques.

Identifier et construire des activités pour favoriser la coopération entre les élèves et développer leur créativité ainsi que leur autonomie, tout en les sensibilisant aux bons usages des technologies numériques ». »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 11 juin 2019

Maths : « Une application pour réviser […] le bac »

« Réviser les maths partout et tout le temps grâce à son smartphone, c’est ce que propose Stéphane Guyon avec cette application.

On accède à de véritables cours, des sujets avec correction en vidéo et un mode chat pour réviser. »

Article de François Jarraud paru dans l’expresso du 7 juin 2019

La Classe N°300 recommande des sites et des blogs :

SVT : « Réseau Canopé : Corpus » (Cycle 3>Lycée)

« La ressource est développée par le Réseau Canopé, en partenariat avec plusieurs organismes tels que la MGEN, l’Inserm et l’INPES.

C’est quoi ? Corpus est un site plutôt destiné aux enseignants de SVT de collège et de lycée, mais qui intéressera – à plusieurs titres – les collègues de Cycle 3. Le site est en accès libre et gratuit, sans inscription. L’interface d’accueil invite à manipuler un corps humain en 3D. On peut le tourner, l’agrandir et le déplacer.

Point fort : différentes modélisations offrent une visualisation réaliste des différents systèmes physiologiques que l’on souhaite étudier en classe – la peau, les muscles, le squelette, les systèmes cardiovasculaire, nerveux, digestif, l’appareil reproducteur, etc.

En plus de ce modèle 3D, le site propose des vidéos pédagogiques. Celles-ci s’adressent clairement à des élèves plus âgés (excepté certaines animations comme celle de la digestion), mais peuvent s’avérer utiles pour répondre à des questions plus pointues. Il sera utilisé plus pour l’éducation à la santé. »

« Journée mondiale de l’environnement »

Protocoles scientifiques : « Vigie nature Ecole propose des protocoles scientifiques simples à mettre en œuvre, pour les élèves de la maternelle au lycée. Au programme : observation des escargots, fabrication de placettes à vers de terre, ou encore, si vous êtes en bord de mer, observation des algues pour y trouver des coquillages… Une offre pédagogique de grande qualité. »

Débats sur le climat : « Mener des débats en classe favorise le développement de l’esprit critique des élèves, mais aussi le climat scolaire. Ici, le Réseau école et nature vous propose 5 fiches méthodologiques d’animation de débat autour de l’EDD [Éducation au Développement Durable] : sommes-nous responsables du temps qu’il fait ? Faut-il posséder beaucoup de choses pour être heureux ? Et encore plein d’autres sujets à aborder ! »

L’agriculture bio en kit : « L’Agence française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique a concocté un kit pédagogique pour les élèves du CM1 à la 6e. On y découvre les spécificités d’une ferme bio à travers quelques exemples de production (élevage, pain, produits laitiers).

Le kit comprend un livret élève, un guide enseignant et des posters à imprimer. »

Jeu de société EDD [Éducation au Développement Durable] : « Objectif planète durable est un jeu de société pour les enfants à partir de 7 ans. Il est constitué d’un plateau, de cartes questions et de pions (le tout à imprimer soi-même) autour de plusieurs thèmes : la faim et la pauvreté dans le monde, le bien-être et la santé, les énergies propres, la vie aquatique, etc. On pourra utiliser les questions pour créer rapidement un quizz EDD en classe. »

Sélection Canopé : « Le Réseau Canopé regroupe sur son site les ressources présentées lors du FOREDD 2018 [Forum national des ressources pour l’éducation au développement durable] : le site Entrez dans le paysage (en lien avec les parcs nationaux), le projet de webdocumentaire Raconte ta ville, le guide Human (d’après le film de Yann Arthus-Bertrand), ou encore les vidéos des Fondamentaux. Des ressources de qualités. »

Cartable sain : « Et si l’écologie commençait par la constitution d’un cartable sain ? C’est en tout cas une approche concrète pour réfléchir à ses achats au moment de la rentrée, et ensuite élargir la réflexion environnementale au trajet école, à la maison… Une adresse pour revoir sa liste de courses, mais pas que ! »

« Conseil de coopération » (Cycle 3)

« Une collègue bloggeuse [Des yeux dans le dos] partage ses outils pour la mise en place des conseils de coopération.

Ceux-ci se déroulent une fois par semaine, depuis maintenant trois ans. Ils sont un temps pour échanger autour de la vie de classe : régler des conflits, mener des projets, prendre des décisions collectives…

L’objectif est que les élèves préparent et gèrent ce temps en complète autonomie. L’enseignante vous propose donc les documents supports qu’elle utilise : l’ordre du jour, le bilan météo (de l’ambiance de classe), les billets pour les demandes des élèves et un guide pour le secrétaire de séance. Un article très utile pour vous lancer dans l’aventure du conseil coopératif ! »

« Web-série « scènes de classe » » (Cycle 2 & 3)

« Une vidéo  [et une chaîne Brèves de classeYouTube réalisée par des élèves d’écoles primaires qui dépasse – largement – le million de vues : cela interpelle !

A partir de scènes de classe vécues, les enfants ont coécrit (avec l’auteur Pascal Jousse et leur professeur) des situations cocasses, tournées ensuite dans la classe, les couloirs… Ces perles ont donné naissance à 44 épisodes tournés entre 2016 et 2018 en France et au Maroc. Dans chacun d’eux, l’inventivité et l’humour des enfants sont mis à l’honneur. A découvrir pour se détendre ! »

« Financer vos projets » (Tous cycles)

« La Trousse à projets est une site de crowfunding dédié à l’école. Autrement dit, il permet aux enseignants porteurs de projets de faire connaître leur initiative pour collecter les fonds nécessaires. Tout au long de l’opération, l’établissement est accompagné dans ses démarches par les relais locaux de l’OCCE et le Réseau Canopé (qui en sont les fondateurs).

Visibilité, praticité, élargissement du cercle potentiel de financeurs : le site offre plusieurs avantages pertinents. Vous pouvez d’ores et déjà découvrir plusieurs projets déposés (voyage ou sortie scolaire, projet artistique…). »