HOMMAGE à notre collègue Sylvie FLORIS

Le 27 juillet dernier, deux de nos collègues nous représentaient à la « messe d’adieu » à Sylvie décédée brutalement à 69 ans. Nous travaillions ensemble à la veille des vacances, préparant l ‘année suivante

 

« Ta disparition est impensable  » déclarait le maire de Valmondois, petite ville du Vexin dont Sylvie Floris était maire adjoint depuis dix ans. C’était après la messe, par 40 degrés au soleil, devant la tombe inondée de fleurs du petit cimetière en pente, sur la colline où elle repose désormais.

 

Enseignante à Sciences Po Paris, très investie dans les questions européennes, de jeunesse, d’éducation comparée, de genre, Sylvie animait depuis plusieurs années à l’ISP puis à l’ISFEC IdF des interventions sur les échanges européens et sur les modèles éducatifs.

 

Début août, les témoignages de ses collègues et professeurs-stagiaires exprimaient l’immense sentiment de perte mais aussi l’admiration que nous partageons tous.

 

-« J’ai eu la chance de connaître cette femme dynamique et passionnée qui m’a beaucoup appris sur les plans personnel et professionnel. »

-« J’avais suivi sa session, elle était rayonnante, puissions nous espérer retenir son témoignage d’ouverture d’esprit, » 

-« Les connaissances et le dynamisme de cette grande dame étaient à faire pâlir d’envie ses « élèves » dont je faisais partie. »

– « Sylvie nous a transmis sa passion des échanges européens. »  

– « Je garde le souvenir d’une dame pleine d’enthousiasme, d’une pédagogue qui nous a transmis, en plus des connaissances, l’amour et l’engagement sincère pour notre métier. »

 

Et des collègues :

– « J’ai eu l’occasion de travailler à quelques reprises avec Sylvie et j’admirais autant son intelligence, sa culture, que sa gentillesse et son humanité. C’est une grande perte pour tous ceux qui ont eu la chance de la côtoyer. »

– « J’ai eu la joie de la côtoyer, de travailler avec elle sur plusieurs projets pédagogiques et de recevoir son soutien. Son intelligence, sa très grande bienveillance, sa sincérité, son dynamisme, m’ont marquée. Je garderai d’elle l’image d’une femme lumineuse, d’une grande exigence intellectuelle et humaine, qui manquera beaucoup comme repère. »

 

Et, l’un de ses fils lors de la cérémonie du 27 juillet :

« Tu étais brillante, tu possédais un immense savoir, et tu étais humble »

 

 

Anne Marie Lilienthal